arrow back
Retour aux articles

L’affichage environnemental : communiquer l’impact des produits textiles et de l’ameublement

Comment mesurer l’impact environnemental d’un produit ? Quelle méthode d'affichage environnemental suivre pour les produits du textile et de l'ameublement ?

Michel Richard
March 30, 2022
Sommaire
Découvrir Waro

Introduction

L’affichage environnemental a pour objectif de donner aux consommateurs une information claire et harmonisée de l’impact environnemental des produits qu’ils achètent.

Mais dès ici des questions se posent : Comment mesurer l’impact environnemental d’un produit ? Comment rendre compréhensible cet impact pour un consommateur ?

Comment éviter le greenwashing (volontaire ou involontaire) ? Comment s’assurer que les notes représentent bien la réalité ?

De plus, il y a beaucoup de notions qui s’entremêlent autour de ce sujet. Impact environnemental, analyse de cycle de vie (ACV) et affichage environnemental ? Y a-t-il une différence ?

Dans cet article nous vous expliquerons tout ce qu’il y a à savoir sur l’affichage environnement et ce que cela induit pour les entreprises.

💡 Ces initiatives ont lieu à deux niveaux : européen et français. Elles visent de multiples secteurs dont l’agro-alimentaire, le textile et l’ameublement. Nous nous focaliserons sur les deux derniers dans le cadre de cet article.

🌱 Contexte, enjeux et greenwhashing

Dans un contexte où les enjeux environnementaux sont devenus omniprésents, le secteur des biens de consommation est en pleine évolution pour 3 raisons principales :

  • Les consommateurs demandent plus de transparence sur l’impact de leurs achats
  • Les chaînes d’approvisionnement font face à de multiples pénuries
  • La concurrence forte des pays d’Asie et du Moyen Orient a fortement fait baisser les prix.

Cela a donc poussé les entreprises à trouver de nouveaux axes de développement et un de ces axes a été la mise en avant d’efforts vertueux (matérialisée par les stratégies RSE) et le retour à la circularité.

Néanmoins, beaucoup d’entreprises, volontairement ou par méconnaissance, ont communiqué de manière abusive ou non justifiée sur ces sujets : c’est ici qu’apparait le greenwashing et avec, des questions :

Comment le consommateur peut-il faire confiance en l’information qu’on lui présente ? Comment distinguer le faux du vrai ? L’inexact du précis ?

C’est pour cela que les méthodologies et réglementations d’affichage environnemental sont apparues.

🎯Principe

Dans le but d’amener une information réelle et transparente aux consommateurs, les gouvernements, les entreprises et les acteurs publiques comme l’ADEME ont pris les choses en main et cela se matérialise par les politiques d’affichage environnemental.

D’après le gouvernement français  :

L'affichage environnemental d’un produit ou d’un service consiste à fournir aux consommateurs des informations quantifiées sur ses principaux impacts environnementaux, calculées sur l’ensemble de leur cycle de vie.

L’idée est simple : à partir des impacts environnementaux d’un produit calculés via l’ACV (voir notre article sur l’ACV), on lui attribue une note comparée au reste des produits de la même catégorie sur le marché (ex : t-shirts).

L’ACV est la méthodologie scientifiquement reconnue à l’international qui permet de mesurer l’impact environnemental des produits. Elle est notamment normée ISO.

Cependant malgré cette norme ISO, l’ACV seule n’est pas assez stricte et les résultats peuvent être différents d’une étude à l’autre.

Il est donc nécessaire d’ajouter des hypothèses en plus pour assurer la comparabilité des résultats. C’est pour cela que l’on y ajoute des principes à suivre (socle commun de calcul) et des hypothèses spécifiques au secteur (référentiels sectoriels).

Les impacts environnementaux ainsi calculés sont ensuite traduits sous un format pédagogique et plus compréhensible pour le consommateur (comme par exemple sous le format d’une note).

En dernière étape, une tierce partie (organisme certificateur) vérifiera un échantillon des produits modélisés pour vérifier la véracité des données produits utilisées par les entreprises.

Affichage Environnemental français et PEF

Contexte réglementaire

Il existe actuellement deux projets d’affichage environnemental :

  • L’Affichage Environnemental français rendu obligatoire par la loi Climat (l’ADEME a développé un premier socle méthodologique mais le cadre réglementaire final est encore en discussion).
  • La PEF (Product Environmental Footprint) portée par la Commission européenne qui s’inscrit dans le contexte du Green Deal Européen.

Nous y reviendrons mais ces deux approches ont un même objectif et vont finir par converger.

Où en sont les démarches ?

D’un point de vue réglementaire, l’affichage environnemental français est aujourd’hui plus proche d’aboutir que la PEF. En effet, la mise en place des étiquettes environnementales dans le textile est rendue obligatoire pour 2023 (Article 2 de la Loi Climat) et les phases de tests des méthodes d’affichage sont quasiment terminées. L’ameublement est également un des secteurs prioritaires pour lequel est visé une mise en place obligatoire en 2025.

Au niveau européen, une première phase d’expérimentation du socle commun de calcul de la PEF a eu lieu entre 2013 et 2017 et le travail d’amélioration de la méthodologie continue.

En parallèle de cette méthodologie générale sont développés des référentiels sectoriels (appelés PEFCR ou Product Environnemental Footprint Category Rules) qui permettent d’ajouter des hypothèses de modélisation spécifiques à chaque secteur d’activité.

Le PEFCR Textile est actuellement en cours d’expérimentation et devrait être finalisée entre 2023 et 2025. Malheureusement, il n’existe pas encore de PEFCR spécifique au secteur de l’ameublement.

Des différences et une convergence

L’objectif de l’Affichage Environnemental français et de la PEF est le même : donner une information environnementale harmonisée au consommateur. Mais alors pourquoi avoir deux initiatives distinctes ?

La France a souhaité prendre les devants notamment avec l’ADEME qui est impliquée sur ces sujets depuis longtemps. C’est pour cela que la méthodologie française a été mise en place plus vite et que l’on observe des différences avec la PEF.

Les principales différences résident dans le fait que les bases de données utilisées ne sont pas les mêmes (Base Impacts au niveau français et base EF pour la PEF) et que certaines hypothèses de modélisation sont différentes.

Cependant, il est important de comprendre que la base de calcul est la même pour ces deux méthodologies et que l’objectif est de faire converger ces deux initiatives vers une méthodologie unique.

🏬 Qu’est-ce que cela induit pour les entreprises ?

Dans tous les cas, la première étape pour mettre en place l’affichage environnemental sera toujours de mesurer l’impact environnemental de ses produits.

Il est donc nécessaire que les entreprises soient capables de réaliser des analyses de cycle de vie sur l’ensemble de leur catalogue produit. Cela nécessite de pouvoir le faire efficacement, en autonomie et de manière automatisée.

Le rôle des référentiels est aussi de faciliter la tâche et de permettre entre autres d’avoir des valeurs par défaut (appelées données semi-spécifiques) pour combler des informations non trouvables et arriver rapidement à des résultats d’impacts puis à la note.

⚠️ Pour mettre des process efficaces en place, cela peut prendre entre 6 mois et 1 an et demi. Autant se pencher sur le sujet dès maintenant!

Et Waro ?

Waro permet aux entreprises de se préparer à l’affichage environnemental. La plateforme respecte aujourd’hui les référentiels d’Affichage Environnemental français (que ce soit pour l’ameublement ou le textile). Nous attendons également la sortie de la base EF 3.0 pour finaliser l’intégration de la méthodologie PEF dans l’outil.

💡 Notre philosophie n’est pas de proposer une méthodologie d’affichage en particulier. Elle est de permettre aux entreprises de s’adapter facilement à la méthodologie finale pour que le consommateur ait le droit à une information fiable et transparente.

Les avantages d’utiliser une plateforme telle que Waro sont :

  • D’affiner ses modélisations au cours du temps (notamment en commençant avec des valeurs par défaut puis en affinant ces modélisations)
  • D’automatiser la collecte de données en se connectant aux logiciels de gestion interne contenant les données produits
  • De pouvoir passer de versions de modélisations compatibles avec l’Affichage Environnemental Français à des produits compatibles à la PEF en quelques clics.
Pour en savoir plus sur Waro et comment nous aidons les entreprises à se préparer à l’affichage environnemental (et bien plus encore) vous pouvez visiter notre site ici ou prendre rendez-vous.

À ne pas manquer
Recevez chaque mois les actualités réglementaires et nos conseils pour vous aider à les décrypter.
Vous recevrez bientôt la prochaine news !
Erreur, merci de réessayer s'il vous plait.
Articles similaires
Quelles sont les données à collecter pour se préparer à l’affichage environnemental ?
Comment communiquer l'impact environnemental de vos produits
L’affichage environnemental textile et ameublement : par où commencer ?